L'ÂME KHMÈRE

Favicon

Le riz est l'âme de l'agriculteur au Cambodge. La tradition de la production de riz existe depuis la naissance des terres khmères, avant que les premiers temples ne soient construits par les anciens rois khmers.

Le riz est l’âme de l’agriculteur au Cambodge. La tradition de la production de riz existe depuis la naissance des terres khmères, avant que les premiers temples ne soient construits par les anciens rois khmers. Pour le peuple khmer, le riz est une femme et une mère. Elle a un nom et chacun de ses noms (chaque type de riz) doit être adressé avec «Miss». Vous avez peut-être entendu parler de l’une d’entre elles, «Miss Malis», connue en anglais sous le nom de Jasmine Rice. Elle a une vie de la naissance (plantation) à l’enfance, de la puberté à l’âge adulte et jusqu’à la fin du cycle, la «récolte», laissant la place à une nouvelle culture. Ensuite, le cycle d’une nouvelle vie recommence, alors que la nouvelle culture est replantée, donnant naissance à un nouveau cycle de vie.

Lors de la naissance d’un nourrisson, le nouveau-né participe à un rituel de naissance dans lequel le riz est l’âme. Le bébé est en contact direct avec cet «or blanc» en s’asseyant sur un panier de riz pour y recevoir un pouvoir. Il y a sept cycles de vie dans le voyage d’un Cambodgien, depuis la naissance, la puberté, l’âge adulte (pour les hommes, devenir moine pendant au moins trois mois ou aussi longtemps qu’il le souhaite, après quoi il est prêt à devenir un mari) , pour la femme (isolement à l’ombre, après quoi elle est prête à être une épouse), la parentalité, la vieillesse et la mort. Chacun de ces cycles est accompagné d’un rituel avec du riz, car le riz est l’âme de la nation, la mère de la nutrition, le témoin de la vie.

De nos jours, le riz reste l’âme des agriculteurs et un élément essentieà tout le peuple khmer du Royaume.

Montra Nivesha œuvre en faveur de cette culture qui tend à être oubliée de l’homme, en soutenant l’économie locale. Nous achetons du riz biologique directement au village de Thount Chroum qui est à environ 30 km de Siem Reap et des temples d’Angkor, permettant ainsi aux agriculteurs d’avoir un revenu direct, les encourageant à maintenir leurs traditions et à préserver l’importance du riz pour la communauté.

Le riz que vous dégustez à Montra Nivesha est biologique, naturel, provenant des champs des agriculteurs. Chacune de vos bouchées de riz contribue directement au soutien de ces agriculteurs.